Alphabet phonétique

Alphabet phonétique

l’histoire d’Alpha à Zulu:

 

C’est une expérience familière lorsqu’on regarde des films de guerre – lorsque l’action démarre, le dialogue se transforme en une masse de Charlies, Deltas et Foxtrots.

Mais si la licence dramatique peut parfois voir ces termes abusés, l’alphabet phonétique revêt une importance vitale parmi les militaires du monde entier – et ce depuis plus de six décennies.

L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (Otan) a officiellement adopté la version finale de l’alphabet international d’orthographe radiotéléphonique – plus connu sous le nom d’alphabet phonétique de l’Otan ou simplement d’alphabet Alpha, Bravo, Charlie – le 1er janvier 1956.

Mais Forces.net note que “l’accord sur les mots utilisés n’a pas été tout à fait simple, certains mots ayant suscité de vifs débats”, et beaucoup d’entre eux ont changé au fil du temps.

Voici comment les mots ont été choisis et comment l’alphabet a évolué.

À quoi sert l’alphabet phonétique de l’Otan ?

Il a été créé comme un moyen standardisé pour les équipages aériens du monde entier de se faire reconnaître et comprendre. Tous les vols et avions reçoivent des noms avec des lettres d’identification, mais des caractères tels que M et N ou D et B peuvent avoir une consonance très similaire, même lorsqu’ils sont prononcés par quelqu’un qui se trouve juste à côté de vous. Cliquez là pour savoir à quoi sert l’alphabet militaire 

 

Bien qu’il ne s’agisse pas techniquement d’un alphabet phonétique (qui aide les individus dans la prononciation des mots), l’alphabet de l’Otan signifiait que les différences d’accents, de langues et de prononciations cessaient d’être un problème.

Les communications radio ont évolué en termes de sophistication technique depuis lors, mais l’alphabet est toujours en place en cas de confusion, d’erreur ou de mauvaise réception pour s’assurer que le bon message est transmis, reçu et compris.

Pourquoi fallait-il le normaliser ?

Pendant la Première Guerre mondiale, la Royal Navy utilisait un alphabet qui commençait par Pommes, Beurre et Charlie, tandis que les fantassins britanniques dans les tranchées avaient leur propre version, qui commençait par Ack, Beer et Charlie.

La RAF a développé un alphabet basé sur ces deux éléments, mais lorsque l’armée de l’air américaine a rejoint la guerre, toutes les forces alliées ont adopté ce qui est devenu l’alphabet Able, Baker. Celui-ci a également fini par être utilisé dans l’aviation civile, mais la confusion a continué, notamment par l’utilisation d’un alphabet anglais distinct en Amérique du Sud.

Qui l’a inventé ?

En tant qu’agence des Nations unies, il était logique que l’OACI crée un alphabet standardisé, qui – même s’il était composé de mots anglais – avait des sons communs à toutes les langues et pouvait donc être parlé et prononcé internationalement, quelle que soit la nationalité du pilote. Jean-Paul Vinay de l’Université de Montréal, un professeur de linguistique réputé, a été chargé de créer une nouvelle liste d’équivalences d’alphabet et l’a achevée en 1951.

 

 

Ce nouvel alphabet a cependant connu quelques turbulences, car de nombreux pilotes ne l’aimaient pas et sont revenus à celui qu’ils utilisaient auparavant. Par conséquent, après de nouvelles études et des tests parmi les 31 pays membres de l’OACI, l’alphabet actuel a été officiellement introduit le 1er mars 1956, avec seulement cinq changements simples par rapport au travail antérieur de Jean-Paul Vinay – les mots pour les lettres C, M, N, U et X.

A-t-il évolué depuis lors ?

Adopté dans le monde entier, ces changements sont restés en place depuis lors et sont toujours utilisés.

 

Au fil du temps, il a cependant développé sa propre forme de sténographie ou d’argot, selon laquelle certaines combinaisons de mots de l’alphabet ont une signification préétablie et inhérente.

Par exemple, l’expression “Oscar-Mike” signifie “en mouvement” et est utilisée pour désigner une unité militaire, qui se déplace entre deux positions.

Ces mots et expressions “sont également utilisés en dehors de l’armée, dans des domaines de la vie civile où il est également particulièrement critique d’assurer une expression et une compréhension précises et correctes des mots”, indique le site de trivia Sporcle.

C’est le cas dans les forces de police, qui ont créé leur propre alphabet de la police, dans le secteur financier, où les banques et les traders utilisent souvent l’alphabet pour les transactions importantes effectuées par téléphone, ainsi que dans les communications des compagnies aériennes commerciales.

 

L’Alphabet orthographique international de la radiotéléphonie :

A – Alfa (Alpha – le son ” ph ” n’est pas reconnu internationalement)

B – Bravo

C – Charlie

D – Delta

E – Echo

F – Foxtrot

G – Golf

H – Hôtel

I – Inde

J – Juliett

K – Kilo

L – Lima

M – Mike

N – Novembre

O – Oscar

P – Papa

Q – Québec

R – Roméo

S – Sierra

T – Tango

U – Uniform

V – Victor

W – Whiskey

X – X-Ray

Y – Yankee

Z – Zulu